Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A Propos De Moi

  • : Le scrapbooking de SYLFAN
  • : Passionnée de SCRAPBOOKING, CARTERIE, HOME DÉCO ,depuis 2000 ! Je partage avec vous mes créations, variées et de tous les styles
  • Contact

L'ESSENTIEL

Retrouvez mes rubriques :

 

 

*LES ASTUCES

*LA BOÎTE À TRUCS

  

 

 

Mon mail


 



"MES LECTURES"

Notre vie avait-elle irrémédiablement basculé ?Ne serait-elle plus jamais comme avant ? Étrange cette notion d'avant et 'après. Je sentais que nous venions de perdre quelque chose d'essentiel. Aucune projection des l'avenir. Aucun espoir. Rien. Le vide. Une ombre planait désormais sur notre vie. Et j'avais peur. Mais cette peur, je devais la canaliser, l'étouffer, l'éloigner, je ne pouvais me permettre de me laisser engloutir !

Un matin, le téléphone sonne : gendarmerie de Mantes La Jolie"la tombe de votre mère a été profanée dans la nuit"

Une femme écrit à sa fille qui vient de naître. Elle lui parle de ses joies, ses peines, ses angoisses et surtout d'une absence, celle de sa propre mère : Romy SCHNEIDER. Quand cesse-t-on d'être la fille aimée, à qui sa mère manque ? 

Peut-être quand on devient soi-même mère ?

 

 

 

ENTRE NOUS ....

873 280 visiteurs

depuis le 22/12/05

C'est grâce à vous !

 

28 avril 2020 2 28 /04 /avril /2020 12:04
UNE AUTRE HISTOIRE - 28/4/20

Hello les filles !

Voilà, la pluie est arrivée !!! On a bien fait de cueillir du lilas hier !!!

Bon, de l'eau, il en faut aussi et au moins, JULES ne devra pas arroser !!!

 

Alors loin de ma SCRAPROOM, voilà le petit coin que JULES m'a installé :

UNE AUTRE HISTOIRE - 28/4/20

Au bout de la table...là je ne peux pas m'étaler, mais je suis bien contente d'avoir mon ordi !!!

 

Alors, voici une autre HISTOIRE - issue du même livre et auteur, et je n'ai plus les noms en tête....

 

"Nous somme presque au milieu de la seconde guerre. Les bombardements sont incessants, et des quartiers entiers sont détruits, ne laissant que gravats et poussière. Les blessés sont souvent soignés, à même la rue, faute de place...

Il est presque minuit, l'Abbé MOUTIER, rentre enfin chez lui, après une journée harassante : des extrêmes onctions  presque à la chaîne, des familles dans le chagrin à réconforter. Une des familles l'a invité à partager son maigre repas.

Il n'a plus qu'une envie : rejoindre son lit...épuisé !

A peine le temps d'apprécier ce juste repos, que des coups sont portés à la porte d'entrée...fatigué, il hésite à se relever, mais les coups se font plus forts et insistants...

L'abbé se lève, grognant un peu, et quelques instants plus tard, découvre sur le pas de la porte, une femme, brune, d'âge moyen, pleurant et le suppliant :

- Monsieur l'Abbé, je vous en prie, il faut aller aider mon fils

- qu'arrive-il madame ? 

- il est très gravement blessé, il s'appelle François CHAUDIN, vous le trouverez 77, rue des métayers, vite, je vous en prie, vite

- Mais....

Et pas le temps d'en demander davantage la dame se fond déjà dans la nuit. Le prêtre hésite, mais il ne sent pas de taille à courir dans la nuit....trop fatigué, il se recouche et se dit qu'il partira aux premières heures de la matinée.

Vers 6 h 30 l'Abbé MOUTIER se met en route, sur son vieux vélo, d'après le plan qu'il a consulté, l'endroit se situé à l'ouest de la capitale.

L'endroit est d'une grande tristesse, la plupart des maisons sont abattues, on a du mal à lire un numéro sur les portes, et à cette heure, peu de gens dehors pour le renseigner.

Enfin, un brave homme lui indique le n°77. A quelques pas de la porte, gisent plusieurs soldats de tous âges...certains déjà morts.

 

Il se dirige vers le plus jeune, très mal en point, mais qui respire, il lui dit plusieurs fois son :

- Vous êtes François CHAUDIN ? C'est vous François CHAUDIN ? après un peu d'insistance, le jeune soldat cligne des yeux pour confirmer.

Alors l'Abbé MOUTIER, lui parle doucement, le prépare au grand voyage...

- Une prière pour ma mère s'il vous plaît - demande le soldat dans n souffle à peine audible, en serrant davantage le portefeuille qu'il tient dans la main -

Ensmble ils récitent le "notre Père"....le jeune homme ferme les yeux : c'est fini.

 

Le prêtre prend doucement le portefeuille, l'ouvre et découvre le dos d'une photo : "ma mère adorée décédée le 30 mai 1937"

L'Abbé retourne la photo et découvre le visage d'une femmes brune, belle, évidemment plus jeune, mais indéniablement, c'est bien celle qui est venue frapper à sa porte, quelques heures plus tôt !!!

 

L'Abbé est interloqué, comment cette femme morte, six ans plus tôt peut-elle être venue frapper chez lui ???

A quel point l'amour d'une mère pour son enfant, peut-il lui permettre de traverser les dimensions ???"

.

UNE AUTRE HISTOIRE - 28/4/20

Encore une fois, nous n'avons pas une réponse rationnelle pour cette histoire, mais le fait est là : elle a eu lieu !!!

 

Je vous souhaite une excellente journée

Grand merci à toutes pour vos petits mots, que j'apprécie !

 

 

UNE AUTRE HISTOIRE - 28/4/20

Partager cet article

Repost0

commentaires

Nounoumade 11/05/2020 21:00

Encore une belle histoire.
Il y a quand même des choses qui arrivent et que l'on explique pas.
Comme ma maman qui m'avait prédit un garçon à 36 ans alors qu'à ce moment là je ne voulais plus entendre parler de compagnon, et quelques années après François est bien né.
Bises;

machrislou 29/04/2020 13:23

merci pour ma par je crois au surnaturel . bonne journée et prend bien soin de toi bisous

Claire Bellisario 28/04/2020 22:05

prends soin de toi
Bises

Golondrina63Auv 28/04/2020 16:50

Merci pour ce billet riche
Prends le temps de penser à toi
Bises

crisitane 28/04/2020 14:51

J'étais venue passer quelques jours chez ma mère avec ma fille aînée. Tu vois, cela remonte !
Un matin je me réveille et vais lui raconter le rêve que je viens de faire.
"Je suis petite, quatre ans environ, et suis sur la coursive en haut des escaliers et regarde à travers les barreaux.
Un jeune soldat se tient en face de ma mère. Il est venu réquisitionner la maison pour loger un officier."
Ma mère me dit : "C'est bizarre. Cela s'est vraiment passé mais tu n'étais pas née. C'était en 1942. La maison n'a pas été trouvée assez grande pour l'officier. Mais c'est drôle, je n'ai plus jamais pensé à cette histoire." Même mes aînés n'étaient pas au courant car Maman, pour n'inquiéter personne, n'en avait jamais parlé. Je suis née en 1944. Comment ai-je pu connaître cet incident ?
Gros bisous

MCL12SCRAP 28/04/2020 14:40

coucou,,,, te voilà bien installée et en plus tu vois la nature, merci pour la peine que tu prends pour nous charmer par tes histoires, continue, bonne continuation (pluvieuse, ici aussi), bizzzzzz mclaude

lamanuelle 28/04/2020 14:15

merci pour cette histoire troublante et émouvante! Ton mari t'a installé un petit coin sympa! Sois prudente, bisous Nadine

LES ANNIV !!

LES QUINZE ANS DE MON BLOG

VENEZ JOUER : ICI

Ajoutez votre date d'anniversaire

ci-dessous

LES ANNIVERSAIRES

 

CASSEL élu village préféré des Français en 2018

SELMA ma petite princesse MAINE COON

Née le 25/10/2017

 

INVITÉE CRÉATIVE - novembre 2018

INVITÉE CRÉATIVE - avril 2019

INVITÉE CRÉATIVE MAI 2019

 

COUP DE COEUR - avril 2019

 

MENTION HONORABLE SEPT/OCT 2020

 

 

 

 

Copines Et Sites